dimanche 12 octobre 2014

Nouvelle gare de Montpellier, le type même du Grand Projet Inutile et Aberrant !


Un déni, à grande vitesse, de démocratie pour une conception des espaces et des circulations axée sur le développement capitaliste intégré à l'Union Européenne  !

 

Le contournement ferroviaire de Nîmes et Montpellier (CNM)

 

Le CNM a été décrété d’utilité publique (et « urgent »!) le 16 mai 2005, car son intérêt est clair:
  • il double l’axe Montpellier-Nîmes, très chargé,
  • il est polyvalent; TGV et trains de marchandises
  • il n’inclut aucune gare TGV excentrée; la gare de Montpellier est notamment accessible grâce à l’embranchement de Saint-Brès.
Mais le projet traîne faute d’argent. Le financement est finalement bouclé avec un « partenariat public privé » (PPP) avec la société Oc’Via (groupe Bouygues), le 28 juin 2012. Le président de l’Agglomération de Montpellier, puis de la Région Languedoc-Roussillon, Georges Frêche, y voit l’occasion de ressortir son projet de gare TGV (annoncée dès 1999) pour développer son quartier « Odysseum ». Il trouve parallèlement un accord avec RFF pour valoriser les terrains de l’ancienne gare de marchandises de Montpellier, avec l’opération immobilière « Nouveau St-Roch ». La gare TGV est le projet d’un élu lié aux promoteurs.

La ligne nouvelle de Montpellier à Perpignan (LNMP)

En 2009 démarre la concertation pour la LNMP. Ce projet parie sur une forte augmentation du trafic, rendant insuffisantes les gares de Nîmes et de Montpellier, et justifiant la construction de deux gares TGV. À Montpellier, 2 emplacements sont étudiés ... Cliquer ici

 Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Contact: garetgv@free.fr
Carte animée pour comprendre le projet
Documents fournis par RFF et l’agglo de Montpellier 

Illustration : cliquer ici

Réunion publique du 7 octobre à Montpellier


Débat organisé par ATTAC, la FNAUT, Agir pour l'environnement et Vélocité le 7 octobre 2014 à Montpellier sur le Grand Projet Inutile et Imposé (GPII) de la gare TGV prévue à la Mogère. Cette gare, loin du centre ville et sans raccordement ferroviaire construite sur une voie prévue pour le fret (ferroutage) est imposée par Réseau Ferré de France, soutenu par la Région Languedoc Roussillon. D'un coût total de 200 millions, elle nécessite un partenariat public privé qui profitera au constructeur privé (gare non rentable mais remboursements garantis). La seul justification est l'opération immobilière juteuse autour du quartier d'affaire Oz Montpellier "Nature urbaine" prévue par la Métropole de Montpellier près de cette gare. Une enquête publique est en cours pour donner le feu vert à RFF. Film réalisé par Serge Tostain d'Attac Pic Saint Loup. Octobre 2014 Cliquer ici pour accéder à la vidéo

Un site à consulter


Et aussi


Du côté du




La réforme ferroviaire contestée par la grève des cheminots et qui impacte les usagers...