Lutte antinucléaire de Creys-Malville (1977). Hier Vital Michalon comme aujourd'hui Rémi Fraisse...


 "Le 28 juillet, le préfet de l’Isère, René Jannin, ancien préfet de police à Alger pendant la guerre d’Algérie, déclare : « S’il le faut, je ferai ouvrir le feu sur les contestataires. »"

 Le 31 juillet 1977, près de 60.000 antinucléaires convergeaient vers le site de la centrale en chantier de Superphénix, à Malville, en Isère. La violente répression causait une centaine de blessés et la mort de Vital Michalon. La férocité de l’État ce jour-là a profondément marqué le mouvement antinucléaire. Reporterre raconte cette journée tragique, avec ceux qui l’ont vécue, dont un frère de Vital.

[…]  Le ton a monté, des grenades lacrymogènes et des grenades assourdissantes, dites “offensives”, sont parties. Une horreur. Quand elle tombe près de vous, elle provoque un effet de souffle terrible, qui vous déplace. Nous avons vu Manfred Schultz perdre sa main en tentant de renvoyer une de ces grenades, puis Michel Grandjean, transporté sur un brancard et tenant ce qu’il lui restait de jambe, le visage ravagé de douleur. C’était épouvantable, la guerre, au milieu de la pluie, du brouillard, de la fumée, des détonations. Il fallait qu’on s’en aille. Mais les policiers se sont préparés à charger, leurs fusils lanceurs de grenades sont passés en position horizontale : ils nous tiraient dessus ! Tout est parti en désordre, c’était la débandade, la panique. Chacun pour soi, il s’agissait de sauver sa peau. Nous nous sommes élancés à travers les haies, sur un terrain abrupt, boueux, glissant, mon frère derrière moi. J’ai pris la suite d’un groupe, dans une pente où il fallait monter à quatre pattes. Le souffle d’une grenade tombée à deux mètres de moi m’a déplacé. C’est là que j’ai perdu Vital de vue, mais je ne me suis dit qu’il était passé avec d’autres, ailleurs. J’ai rejoint la voiture, je l’ai attendu. […]  

« Vital a monté le chemin à quatre pattes, et la grenade est tombée devant lui, elle a roulé, et elle a éclaté entre le sol et lui, sous lui. L’effet de souffle lui a fait exploser les poumons. » À la suite de la plainte contre X déposée par les parents Michalon, le juge d’instruction rendra une ordonnance de non-lieu le 21 novembre 1980, faute de preuves concluantes. L'article complet

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 Il faut faire les liens avec tous les morts de la répression policière, avec Malik Oussekine, Adama Traoré. Lors de la manifestation du 19 mars pour la justice et la dignité, un de mes frères s’est rendu à la marche avec une photo de Vital. Les contextes sont différents mais les méthodes restent les mêmes : c’est l’art français du maintien de l’ordre (Paul, l'un des frères de Vital).


Et aussi

  



 
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

La LCR et la manifestation de Creys-Malville

 (2005)
Extrait
 
 
Le NPA et le nucléaire (extrait du programme de la campagne  présidentielle de Philippe Poutou)


 


 

A lire aussi

 

L'Etat nucléocrate, deux faces mortifères...


 NPA 34, NPA